CEACH

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

2013

Na San, prélude à Diên Biên Phù

Envoyer

Accueil

Par Auteur Claude Jacquemart/ Vendredi 1 février 2013

Indochine 1952-1953. Au mois de décembre 1952, les Français écrasent le Viêt-minh à Na San, à l’ouest de Hanoi. Une victoire qui allait aveugler notre état-major : un an plus tard, il voulut refaire Na San. Et ce fut un désastre.

Situé à 190 kilomètres à l’ouest de Hanoi, Na San — “petite rivière” — est un gros village à proximité de la rivière Noire. Au mois d’octobre 1952, le général Raoul Salan, commandant en chef du corps expéditionnaire français en Indochine, donne aux garnisons françaises et à leurs unités supplétives vietnamiennes du pays thaï (Nord-Tonkin) l’ordre de se replier sur ces lieux. Les troupes du Viêt-minh, aux ordres du général Giáp, viennent en effet d’enlever Nghia Lo, une position sur laquelle elles s’étaient cassé les dents, un an plus tôt.

La décision du repli sur Na San répond à un souci tactique : protéger la région en attirant le corps de bataille de Giáp, rendu confiant par son succès à Nghia Lo, dans une confrontation dont on espère que, cette fois, elle tournera à son désavantage. Car le site en question, entouré de petites collines et équipé d’un terrain d’aviation, est organisé pour la défense. C’est là que le haut commandement français espère piéger l’ennemi.

Cette future base aéroterrestre, dont le colonel Gilles va prendre la tête, est aménagée comme il convient : abris, champs de tir, réseaux de barbelés, possibilités de contre-attaque. À sa disposition : des fantassins et parachutistes de la Légion étrangère. D’abord deux bataillons, appartenant aux 3e et 5e REI, que renforcent, le 19 novembre 1952, le 2e bataillon de parachutistes et, le lendemain, le 1er BEP. Les unités organisent leurs positions autour de la piste d’envol, le 2e BEP étant gardé en réserve.

Après divers combats sporadiques, la division 312, unité de choc de Giáp, se lance à l’attaque du camp, dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre. Tenu par un bataillon thaï, un point d’appui est submergé, puis un autre. Les parachutistes de la Légion et les paras coloniaux rétablissent la situation. La même division revient à l’assaut la nuit suivante. Alors se produit un geste héroïque rappelant celui du chevalier d’Assas. L’officier de quart, le lieutenant Durand, de la compagnie Letestu, croit voir venir vers le camp retranché des partisans thaïs se repliant devant l’ennemi. Il sort des chicanes. Particularité : cet officier, ancien résistant, a survécu par miracle, quelques années plus tôt, à une exécution par l’armée allemande… Il s’approche des prétendus partisans thaïs. Surgit un commissaire politique du Viêt-minh, qui lui applique un pistolet sur la tempe : « Donnez l’ordre d’ouvrir ! » « Tirez, ce sont les Viets ! », crie Durand. Un cri qui lui vaut une balle dans la tête tandis qu’en face, les légionnaires, déjà sur leurs gardes, déclenchent avec succès le feu contre les assaillants.

Parmi les défenseurs au contact direct avec l’ennemi : le légionnaire Linn. Il se fera parachuter comme volontaire sur Diên Biên Phù et combattra plus tard en Algérie, où il sera tué en mars 1961, titulaire de la médaille militaire et de plusieurs citations. Il donnera son nom au club des caporaux-chefs du 1er régiment étranger, matrice de tous les régiments de Légion.

Cependant, les troupes de Giáp continuent leurs attaques, sous les bombes des bombardiers B26, qui joueront un rôle capital dans la bataille. La garnison perd deux officiers, les lieutenants Bonnet et Bachelier, et deux légionnaires, et il y a 11 blessés. Mais plus de 300 cadavres ennemis jonchent le champ de bataille. Les défenseurs récupèrent 38 fusils mitrailleurs, 3 mitrailleuses lourdes, 40 pistolets-mitrailleurs, un armement et du matériel en abondance. Renonçant à enlever la position, Giáp va finir par retirer ses troupes. Dans la seule nuit du 1er au 2 décembre, ses pertes sont estimées à quelque 3 000 tués et blessés.

Ainsi, pour la France et ses alliés vietnamiens, la bataille de Na San se solde par un franc succès. La base aéroterrestre a joué son rôle de verrou, tout en constituant le point de départ de futures offensives. Chaque adversaire va en tirer ses propres conclusions. Giáp comprend ses erreurs, le commandement français savoure sa victoire : puisque Na San est une réussite, pourquoi ne pas renouveler cette opération ailleurs ? C’est ainsi qu’est décidé, au cours de l’été 1953, le plan de Diên Biên Phù.

Le 11 août 1953, le général Navarre, qui a succédé à Salan au commandement en chef, décide d’évacuer la base de Na San par un pont aérien pour créer, selon la même conception mais en plus grand, une nouvelle base aéroterrestre dans la cuvette de Diên Biên Phù. Longue de 16 kilomètres et large de 9, celle-ci barre, à l’ouest de Hanoi, la route du Laos, État associé de l’Union française que menace le Viêt-minh. Comme Na San, elle dispose d’un aérodrome. Plusieurs collines la bordent, susceptibles d’être transformées en points d’appui. En outre, elle présente l’avantage d’être éloignée des bases traditionnelles de l’ennemi que soutient lourdement la Chine maoïste.

Selon l’état-major français, Diên Biên Phù pourra donc fixer les unités de Giáp, si celui-ci décide de l’attaquer, pendant un temps assez long pour les contraindre à déclarer forfait, faute de renforts et de ravitaillement en armes, en munitions et en vivres. Et la cuvette, par sa position centrale, permettra d’organiser, avec l’appui de l’aviation, des contre-attaques efficaces, en particulier sur les voies de communication de l’ennemi.

Un an après l’installation réussie de Na San commence, le 21 novembre 1953, l’opération Castor, au cours de laquelle sont larguées sur Diên Biên Phù les premières unités parachutistes, celles de Bigeard et du commandant Guiraud, prélude à l’envoi de nouvelles troupes et d’un abondant matériel, notamment les canons du colonel Piroth. La bataille s’achève le 7 mai 1954 par la chute du dernier point d’appui. Le camp ne s’est pas rendu, il a été submergé. Son commandant, le général de Castries, a dû donner l’ordre de cesser le feu.

Comment en est-on arrivé là ? Après Na San, Giáp et son état-major ont longuement analysé les causes de leur défaite. Ce qui leur a manqué, ce sont les hommes en nombre suffisant et l’artillerie lourde, capable de s’opposer avec succès à celle de l’armée française. Une double carence à laquelle ils vont remédier avant de se lancer à l’assaut de Diên Biên Phù.

Le 6 décembre 1953, un an jour pour jour après avoir commencé à retirer ses troupes de Na San, Giáp ordonne la mobilisation de la population vietnamienne : « un événement majeur », souligne l’historien Jean-Marc Le Page, qui « a changé la donne et va bouleverser les plans du général Navarre ». Puisant dans un réservoir humain dont il n’est pas et ne sera jamais économe (notamment lorsque le Nord-Viêtnam sera opposé à la puissante machine de guerre américaine), il réquisitionne plus de 260 000 coolies, des porteurs et des travailleurs, pour tracer des routes dans une jungle épaisse qui décourage l’observation aérienne, élargir des pistes, acheminer du ravitaillement et du matériel en tout genre. Les moyens de transport, outre les hommes de peine, sont composés de 628 camions et 21 000 vélos. C’est ainsi que le Viêt-minh pourra bientôt amener chaque jour, sur les flancs de Diên Biên Phù, 70 tonnes de ravitaillement en provenance de Chine.

De son côté, le général Navarre n’est ni sot, ni sourd, ni aveugle. Même si l’observation aérienne se révèle pratiquement impossible, ses services de renseignements, appuyés sur les écoutes radiophoniques de l’ennemi, l’espionnage et les patrouilles en terrain hostile, ne restent pas inactifs. Dès la fin décembre 1953, il est inquiet ; il demande l’étude de plans de repli en précisant au gouvernement que le succès de l’opération n’est pas garanti. Mais « début janvier, écrit Le Page, il est devenu impossible de rétracter le dispositif sans lourdes pertes ». Ainsi, ce qui devait être un appât mortel pour le Viêt-minh va devenir un piège pour l’armée française, d’autant que le général de Castries et certains de ses subordonnés n’ont que mépris pour les hommes du renseignement, qui, selon eux, ne connaîtraient pas leur métier.

On connaît la suite : le 13 mars 1954, quand Giáp déclenche le feu sur le camp retranché, les assiégés, qui savent l’existence d’une artillerie ennemie, se montrent incapables de s’y opposer en raison du camouflage des pièces, de la précision de leur tir, de leur mobilité. Cette artillerie viêt-minh, constamment approvisionnée, rendra bientôt impossible l’utilisation de l’aérodrome, coeur vital de la position. Les blessés ne peuvent plus être évacués. Les derniers renforts seront parachutés. À la fin, ils ne sont plus que 12 000 rescapés dans le camp retranché. Mais seulement 4 000, en majorité parachutistes et légionnaires, capables de se battre contre les 40 000 hommes de Giáp enserrant la cuvette. Dix-huit mois plus tôt à Na San, douze bataillons français avaient mis en pièces trois divisions du Viêt-minh.

À lire

Na San, la victoire oubliée, de Jacques Favreau et Nicolas Dufour, Economica, 208 pages, 23 €.

Les Services secrets en Indochine, de Jean-Marc Le Page, Nouveau Monde Éditions, 520 pages, 24 €


Photo © collection VSM

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1050
mod_vvisit_counterHier798
mod_vvisit_counterCette semaine10820
mod_vvisit_counterSemaine dernière9903
mod_vvisit_counterCe mois26039
mod_vvisit_counterMois dernier75237
mod_vvisit_counterDepuis le 30/04/16810230

Qui est en ligne ?

Nous avons 53 invités en ligne

Statistiques

Membres : 2
Contenu : 3376
Liens internet : 6
Affiche le nombre de clics des articles : 311724
Vous êtes ici : PRESSE XXI 2013
Secured by Siteground Web Hosting