CEACH

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

Le journal inédit de l’Armistice 14/18

Envoyer

http://www.demucher.fr/

 par le picard  Paul Laperche l’interprète de Foch.
 
Présentation
Si les témoignages sur la terrible guerre sont nombreux, il n’en existe pour ainsi dire aucun sur l’événement qui va y mettre fin : l’armistice.

Les quelques photos des trains des délégations alliées et allemandes nous permettent bien de visualiser le site de la clairière de Rethondes, mais aucun photographe ni journaliste n’a pu pénétrer à l’intérieur du wagon. Les seules informations dont nous disposons proviennent des participants  aux réunions.

Parmi ces personnes figurent les plénipotentiaires avec, occasionnellement, quelques conseillers, et Paul Laperche, le seul interprète présent. (Voir plus bas)

Etudiant au Lycée Janson de Sailly à Paris avant 1900, Paul Laperche obtient le premier prix au Concours  général de Latin, Grec et Allemand ; il poursuit ses études d’allemand à l’Université de Göttingen avant de se marier, en 1910, avec la fille d’un important industriel de Friville-Escarbotin (Somme) où ses parents possèdent le château de Belloy-sur-Mer alors hameau de cette bourgade.

Paul Laperche, l’étudiant en droit, devient alors le dirigeant de l’entreprise Depoilly-Fleury & Laperche dont la création remonte à la fin du 18è siècle.

Mobilisé en août 14, le Sergent Laperche est l’interprète en 1916 des médecins des camps de prisonniers allemands de l’Est de la Somme.  Il rejoindra le G.Q.G (Grand Quartier Général) de Foch quand celui-ci est nommé Commandant en chef des Armées Alliées en mars 1918 à Doullens.

Quelques mois plus tard l’Allemagne capitule et délègue ses plénipotentiaires à Rethondes près de Compiègne où ils vont écouter, résignés, les conditions de l’Armistice dictées par les Alliés.

Lors de la 1ère réunion du 8 novembre  Foch récuse von Helldorf, l’interprète allemand, et impose Paul Laperche comme seul et unique interprète des discussions.

Du 7 novembre 1918 au 16 avril 1919, Paul Laperche note dans un journal, presque minute par minute, tous les préparatifs de l’Armistice et des autres réunions qui s’ensuivent à Spa, Trèves ou Versailles.

De ces 126 pages manuscrites, Paul Laperche, une fois démobilisé, transcrit sur un document tapuscrit la période allant du 7 au 11 novembre.
 
Ce texte inédit nous emmène dans les coulisses de l’armistice ;  avec force détails, l’interprète décrit des situations cocasses ou amusantes mais également émouvantes et surprenantes comme lors de la première réunion du 8 novembre  quand Foch lance aux représentants allemands : « Messieurs, quel est l’objet de votre visite ? ».

Cette histoire, peu de personnes, excepté la famille de Paul Laperche, la connaissait et quand la résidence familiale de Belloy-sur-Mer s’embrase le 26 novembre 1951 avec tous les souvenirs de l’interprète, c’est la consternation.
 
60 ans plus tard

L’essentiel de mon activité professionnelle (+de 20 ans) s’est déroulé  dans l’entreprise Laperche de Friville-Escarbotin où j’ai connu Pierre Laperche … le dernier petit-fils de l’interprète portant son nom.

En 2011 je reprends contact avec lui pour évoquer le rôle de son grand-père lors de l’armistice mais surtout pour savoir s’il possède des archives sur lui.

Quelques semaines plus tard Pierre me confie des dizaines de photos, lettres, journaux et documents parmi les lesquels deux pépites : le journal manuscrit et le document tapuscrit dont le papier jauni casse comme du verre.

Ils se trouvaient bien dans le château de Belloy-sur-Mer au moment de l’incendie mais, enfermés dans un coffre-fort ignifugé, ils ont roussi sans s’enflammer.
 
Pierre Laperche n’a pas connu son père ni son grand-père disparus  accidentellement en 1946, il n’avait que 5 ans. C’est l’un de ses oncles qui lui a remis plus tard les archives de son grand-père Paul.
 
Le 1er octobre 2018

Près de 100 ans après l’armistice, l’association « Démucher » créée en 2010 publie* les souvenirs personnels de cet homme qui fut pendant quelques jours le trait d’union entre deux nations que la haine et la vengeance séparaient.
 
 
Jean-Mary Thomas
 
 
* « Le journal inédit de l’Armistice 14-18 par l’interprète du Maréchal Foch,               le Capitaine Paul Laperche »
- Format 17x22 – 104 pp - quadri – plus de 50 photos ou illustrations – papier couché 150 gr semi-mat.
- Couverture rigide rembordée – dos carré – tranchefile.
- Une photo format 15x20, signée des alliés devant le wagon de l’armistice, est incluse dans  chaque livre. (Tirage d’après la photo originale conservée  par Pierre Laperche, le petit-fils de  l’interprète)
- PU : 20€ - Port 5€

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3209
mod_vvisit_counterHier10161
mod_vvisit_counterCette semaine13370
mod_vvisit_counterSemaine dernière77871
mod_vvisit_counterCe mois185429
mod_vvisit_counterMois dernier226318
mod_vvisit_counterDepuis le 30/04/162878149

Qui est en ligne ?

Nous avons 753 invités en ligne

Statistiques

Membres : 2
Contenu : 11204
Liens internet : 6
Affiche le nombre de clics des articles : 2300354
Vous êtes ici : BREVES 2018 Le journal inédit de l’Armistice 14/18
Secured by Siteground Web Hosting