CEACH

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

2020

Autonomie et létalité en robotique militaire

Envoyer

Les chiffres clés de la défense - 2020

Envoyer

Exposition intitulée « Obéir, désobéir, commander. De Gaulle, une carrière militaire (1910-1952) »

Envoyer

Projet de loi de finances ANNÉE 2021

Envoyer

Haut Comité d'évaluation de la condition militaire - RAPPORT THÉMATIQUE 2020

Envoyer

Honneur, courage et dignité

Envoyer

Guerre de 1870 : Bazeilles, la dernière cartouche

Envoyer
https://www.bvoltaire.fr/

Henri Saint-Amand

 
Il y a 150 ans, les 31 août et 1er septembre 1870, s’est déroulée la bataille de Bazeilles qui allait donner ses lettres de gloire et de noblesse aux troupes de marine. Pour les historiens, elle fonde le mythe des troupes de marine, comme Camerone, sept ans plus tôt, avait forgé celui de la Légion.

Depuis le 15 juillet 1870, la France est en guerre avec la Prusse. Le 6 août, l’armée du maréchal François Achille Bazaine (1811-1888), battue en Lorraine, est refoulée sur le camp retranché de Metz. Celle du maréchal Patrice de Mac Mahon (1808-1893), battue en Alsace, se reforme au camp de Châlons. Elle tente vainement de secourir Bazaine et se voit contrainte de se replier vers Sedan.

Appartenant au 12e corps d’armée commandé par le général Barthélémy Lebrun (1809-1889) et placé sous les ordres du général Élie Jean de Vassoigne (1811-1891), la division d’infanterie de marine, la « Division bleue » créée le 5 août 1870, comprend deux brigades : l’une commandée par le général François Reboul (1815-1893) et l’autre par le général Charles Martin des Pallières (1823-1876). Cette division bleue est exclusivement composée de marsouins de carrière et regroupe, pour la première fois, les quatre régiments d’infanterie de marine basés à Cherbourg, Toulon, Brest et Rochefort. Les troupes de marine ont déjà acquis un grand renom avec les combats du Mexique et de Crimée, les expéditions glorieuses au Sénégal, aux Antilles, en Cochinchine, dans le Pacifique.

« À la fourchette ! »

À quelques kilomètres de Sedan, à la lisière de la forêt des Ardennes, la commune de Bazeilles entre dans l’Histoire, de manière un peu brutale, les 31 août et 1er septembre 1870. Le 31 août vers midi, la division bleue reçoit l’ordre d’occuper le village de Bazeilles, un des points clés de la défense de Sedan. La deuxième brigade est d’abord engagée. Entraînée aux cris de « À la fourchette ! » (à la baïonnette) par le général Martin des Pallières qui charge sabre à la main, les marsouins du 2e RIMa dégagent le village. Le général des Pallières, blessé, doit être évacué et le 3e RIMa renforce les défenseurs. Cependant, vers 17 heures, devant l’écrasante supériorité numérique de l’adversaire, la 2e brigade est contrainte d’amorcer un mouvement de repli.

Un contre dix

Derrière elle, sur la colline, les marsouins de la 1e brigade aux ordres du général Reboul, impassibles, attendent l’arme au pied l’ordre d’intervenir. Cet ordre tombe à 18 heures. La 1e brigade se rue alors, baïonnette au canon, sur l’ennemi qui est, de nouveau, refoulé au bas du village. L’artillerie allemande riposte, lançant des obus incendiaires sur Bazeilles, transformant le champ de bataille en une infernale fournaise. Puis l’ennemi, abandonnant ses morts et ses blessés, se retire au-delà de la Meuse, vivement canonné par l’artillerie de la division. Le soir tombe sur Bazeilles deux fois repris. La défense du village est confiée au commandant Lambert. Les rues sont barricadées. La ligne de résistance est organisée à mi-hauteur du village, en arrière de l’église.

À l’aube du 1er septembre, profitant d’un épais brouillard, l’infanterie ennemie repart à l’attaque sans rencontrer aucune résistance. En effet, conformément aux ordres du commandant Lambert, les barricades de la ville basse ne sont pas tenues. Puis une fusillade éclate et les 150 marsouins du commandant Lambert foncent sur l’ennemi. Débordés de toute part, les Bavarois affolés reculent en débandade. Bazeilles est repris en entier. Alors commence entre les hommes de la division bleue et le 4e corps d’armée bavarois, soutenu par le feu de 18 batteries d’artillerie, une lutte farouche, au cours de laquelle les marsouins, se battant parfois à un contre dix, vont parvenir à chasser l’ennemi du village.
 

 
Le 1er septembre, au son de la musique, le général Ludwig von der Tann-Rathsamhausen (1815-1881) et ses Bavarois pénètrent sur la place de l’église de Bazeilles tandis que, dans les rues voisines, ses soldats, munis de torches incendient les maisons bazeillaises. 423 maisons sur 463 que compte la petite bourgade sont détruites par les Prussiens. Les Bavarois passent 43 habitants par les armes. Cependant, les combats ne sont pas terminés. Bien que grièvement blessé, le commandant Lambert organise une ultime résistance. Sur ses ordres, les marsouins de la division bleue transforment l’auberge Bourgerie en un bastion retranché, en fortin, pour enrayer la progression des troupes prussiennes, les Bavarois. Cette maison est la dernière encore debout sur la route qui mène à Sedan. Au-dessus de la porte, une enseigne : « Bourgerie, vin, bière, eau de vie ». Avec le capitaine Delaury et les sous-lieutenants Escoubet et Saint-Félix, le capitaine Bourgey organise la défense, cependant que le mouvement général continue.

La dernière cartouche

Pour les marsouins, il s’agit de tenir le plus longtemps possible afin de protéger le repli et de retarder l’avance ennemie jusqu’au retour offensif de la division depuis Balan.

Des meurtrières sont pratiquées dans les tuiles, dans les coins de mur, partout où l’on peut voir sans être vu. Les grandes fenêtres sont protégées avec tout ce qui tombe sous la main : sacs de blé, matelas, coussins, meubles. Les meilleurs tireurs sont aux créneaux ; les autres passent les munitions. Quelques officiers et une trentaine de soldats dont la plupart sont blessés vont ici, pendant près de quatre heures, arrêter la progression des assaillants. Il ne reste plus beaucoup de munitions. On fouille les gibernes des morts, on en trouve quelques-unes et on poursuit le combat. Au prix du plus grand sacrifice, les hommes du commandant Arsène Lambert (1834-1901)[1] doivent cesser le combat, faute de munitions. C’est le capitaine Aubert qui tire la dernière cartouche. Le calme, le désœuvrement et une sensation de vide règnent dans les ruines de l’auberge.

Symbole de résistance

Que faire ? Un conseil de guerre s’est réuni autour du commandant Lambert. Doit-on se rendre ou se faire tuer ? Les yeux se rallument, les baïonnettes sortent des fourreaux… Va-t-on charger ? Lambert ne se sent pas le droit de sacrifier ces hommes qui sont restés avec lui. Il doit essayer de sauver leurs vies. « Je sortirai le premier »,dit Lambert. « S’ils me massacrent, alors vendez vos vies. Vous sortirez à la baïonnette et tâcherez de percer vers Sedan », ajoute-t-il. La porte du rez-de-chaussée est ouverte. Lambert s’engage sous la tonnelle de houblon. Vingt lances cherchent sa poitrine. Les marsouins bondissent. Un officier bavarois, le capitaine Lissignolo, du 42e régiment d’infanterie, s’interpose. Les assaillants épargnent les survivants. Les troupes de la marine quittent Bazeilles. Six cents cadavres entourent la maison de la dernière cartouche.

Ce haut fait d’armes est, depuis, entré dans l’Histoire. Les troupes de marine entrent dans l’immortalité. À l’image de Camerone pour la Légion étrangère, Bazeilles est devenu le symbole de la résistance de l’armée française, en particulier des troupes de marine. Car s’il est vrai que la défaite est réelle, aucun des soldats présents n’a failli à l’honneur. Au cours de cette bataille, 2.655 marsouins dont 30 officiers tués et près de 5.000 Prussiens dont 200 officiers y perdent également la vie. Le général de Vassoigne écrira plus tard. « Les officiers et soldats ont fait leur devoir d’une manière complète. »

[1] Il terminera sa carrière comme général de brigade et deviendra sénateur du Finistère.

RAPPORT D’INFORMATION PAR LA COMMISSION DE LA DÉFENSE NATIONALE ET DES FORCES ARMÉES en conclusion des travaux d’une mission d’information (1) sur les systèmes d’armes létaux autonomes

Envoyer

RAPPORT D’INFORMATION portant restitution des travaux de la commission de la défense nationale et des forces armées sur l’impact, la gestion et les conséquences de la pandémie Covid-19

Envoyer

Compte rendu Commission de la défense nationale et des forces armées - Audition, à huis clos, du général Michel Friedling, commandant du commandement de l’espace.

Envoyer

Page 1 sur 4

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui17979
mod_vvisit_counterHier30251
mod_vvisit_counterCette semaine153402
mod_vvisit_counterSemaine dernière199709
mod_vvisit_counterCe mois699370
mod_vvisit_counterMois dernier734290
mod_vvisit_counterDepuis le 30/04/1610915307

Qui est en ligne ?

Nous avons 2704 invités en ligne

Statistiques

Membres : 2
Contenu : 17275
Liens internet : 6
Affiche le nombre de clics des articles : 7963372
Vous êtes ici : ARTICLES 2020
Secured by Siteground Web Hosting