CEACH

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

2017

"LE SQUALE" est arrivé au 13e Dragons

Envoyer

Le fabricant stéphanois d'armement Verney-Carron récompensé aux Victoires de l'innovation

Envoyer
https://www.francebleu.fr/
vendredi 22 décembre 2017
 

Le quotidien La Tribune-Le Progrès remettait jeudi soir ses Victoires de l'innovation aux entreprises de la Loire, devant plus de 700 personnes réunies au Centre des congrès de Saint-Étienne.

Guillaume Verney Carron le PDG dans l'atelier © Radio France - Yves Renaud
 

L’entreprise stéphanoise Verney-Carron a obtenu jeudi soir une Victoire de l'innovation pour le travail des deux dernières années qu’elle a mené sur le design et le développement de sa gamme de production. 2016 et 2017 resteront pour Verney-Carron de très bonnes années, et ce n’est sans doute pas terminé, le fabricant a quelques ambitions qui se profilent  pour 2018 et la suite. Verney-Carron, c’est d’abord une fabrique d’armes de tradition destinées avant tout à la chasse, comme le rappelle son PDG, Guillaume Verney-Carron.
 

Pour compléter sa gamme de fusils plus industriels, Verney-Carron possède aussi un atelier ou l’on fait du sur mesure .

Mais comme l’évoque Guillaume Verney-Carron, c’est plutôt le domaine de la défense qui devrait assurer le développement de l’entreprise à l’international.

L’un des moteurs de l’entreprise en ce moment c’est le fameux Flash-Ball

Cette arme de projection de balles en caoutchouc destinée aux forces de sécurité connait un développement sans faille depuis quelques années. C’est plus de 50% du chiffre d’affaire de Verney-Carron à l’étranger.

Il y a quelque chose qui agace particulièrement Guillaume Verney-Carron, c’est que le fusil d’assaut de l’armée française ne soit plus fabriqué à Saint-Étienne comme ses prédécesseurs, mais en Allemagne. Alors le PDG prépare une nouvelle stratégie.

Le VCD10, c’est son nom, serait en ce moment testé par les experts de l’armée française et Verney-Carron se dit prêt à le produire rapidement. L’entreprise vient d’investir un million d’euros dans de nouvelle machines à commandes numériques.

Budget 2018: le Sénat rejette le texte en nouvelle lecture

Envoyer
http://www.lcp.fr/
le mardi 19/12/2017

L'hémicycle du Sénat, à Paris, le 17 novembre 2016

Le Sénat à majorité de droite a rejeté à nouveau mardi le projet de loi de finances 2018, après l'échec d'une commission mixte paritaire chargée de trouver une version commune avec l'Assemblée.

Les sénateurs ont adopté en nouvelle lecture une motion tendant à opposer la question préalable, ce qui revient à rejeter le texte sans débattre les articles. 197 sénateurs, LR et centristes, ont voté pour, et 135 contre (socialistes, RDSE, à majorité radicaux, LREM, et CRCE à majorité communiste). Les Indépendants se sont abstenus.

Le projet de loi sera adopté définitivement jeudi par l'Assemblée nationale qui aura le dernier mot.

Les positions entre les deux chambres sont "incompatibles" et "je crains qu'une nouvelle lecture n'arrive pas à concilier nos points de vue", a déclaré le rapporteur général de la commission des finances Albéric de Montgolfier en présentant la motion.

Il a rappelé que le Sénat avait notamment proposé de relever le plafond du quotient familial et de supprimer la réforme de la taxe d'habitation et le nouvel impôt sur la fortune immobilière (IFI), les deux mesures emblématiques du texte.

En revanche, pour Richard Yung (LREM), aux yeux de l'opinion publique, "la solution du rapporteur paraît hautement dommageable pour notre institution" en refusant la poursuite du travail parlementaire.

Le Sénat a dans la foulée adopté en nouvelle lecture le projet de loi de programmation des finances publiques.

Ce projet de loi, qui prévoit une réduction sensible du déficit public d'ici 2022 à la faveur d'une croissance solide et d'une baisse des dépenses, avait été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale en octobre et par le Sénat en novembre, dans des termes différents. Une commission mixte paritaire, chargée de proposer un texte sur les dispositions de la proposition de loi restant en discussion, n'était pas parvenue à un accord le 13 décembre.

En nouvelle lecture, la commission des finances a fixé l’objectif d’évolution des dépenses de fonctionnement des collectivités territoriales sur une augmentation moyenne annuelle de 1,9% et non de 1,2%. Elle a aussi exclu du périmètre des dépenses de fonctionnement utilisé pour apprécier le respect par une collectivité territoriale de ses objectifs, les dépenses contraintes imposées par l’État. Elle a par ailleurs mis en place un "bonus" pour les collectivités territoriales et limité la pression budgétaire imposée au ministère des armées.

En séance publique, les sénateurs ont adopté un amendement précisant les relations contractuelles entre les collectivités et l’État.

L'Assemblée examinera le texte à l'occasion d'une ultime lecture jeudi également.

Anciens combattants. Un rapprochement entre la Fnaca de Kergrist et l’UNC de Neulliac ?

Envoyer
https://actu.fr/
Publié le 14 Déc 17

Cette piste a été évoquée lors de l'assemblée générale de la Fnaca de Kergrist. La section ne compte plus que dix-sept membres...

Yvan Marec, vice président départemental de la Fnaca a assisté à l’assemblée générale. (©Pontivy Journal)

La section locale de la Fnaca (Fédération des anciens combattants d’Algérie, Maroc et Tunisie) a tenu son assemblée générale samedi 2 décembre.

Il a été évoqué un éventuel rapprochement entre la Fnaca kergristoise et la section neulliacoise de l’UNC-Soldat de France. L’amicale compte 17 membres dont l’âge moyen se situe à 80 ans. Trois adhérents sont décédés l’an passé.

Joseph Paulo a été reconduit à la présidence et Marcel Le Masson aux finances. Les finances sont saines et un voyage sur le Golfe du Morbihan a réuni 36 personnes.

Prytanée de la Flèche : un lycée militaire « réputé »

Envoyer
https://actu.fr/
Publié le 13 Déc 17

La secrétaire d’État auprès du ministère des Armées, Geneviève Darrieussecq, était en visite au lycée militaire. (©Les Nouvelles)

Cette visite confortera-t-elle la présence des militaires sur La Flèche ? La secrétaire d’État auprès du ministère des Armées, Geneviève Darrieussecq, était présente, lundi 11 décembre, au Prytanée national militaire.

Accueillie au chant du Huron, l’hymne militaire du Prytanée, elle a assisté à la levée des couleurs et a rencontré le personnel et élèves du lycée.

« Une forte réputation »

Avec Saint-Cyr-l’Ecole, Aix-en-Provence et Autun, il s’agit d’un des quatre lycées de l’Armée de terre en France.

« Je m’attache à visiter tous les établissements », a souligné cette élue de terrain. Elle a pu remarquer les bâtiments du quartier Gallieni, dont certains ont été jugés vieillissants. Des travaux ont été évoqués pour permettre leur réhabilitation.

« C’est un lycée qui a une forte réputation dans les armées », a insisté la représentante du gouvernement.

Améliorer les conditions de vie

Elle a annoncé le maintien du plan famille pour les lycées militaires. Il permet de concilier vie privée et vie professionnelle, en prenant en compte la mobilité et la disponibilité, en améliorant les conditions de vie.

D’autre part, « le ministère des armées est très performant sur le plan de l’égalité des chances », a affirmé Geneviève Darrieussecq.

Lire aussi. Les grands destins du Prytanée dans un livre

Elle vante aujourd’hui les mérites du service militaire volontaire : 80 % des personnes trouvent un emploi ou une formation à la suite de ce service. « L’armée est le plus grand intégrateur au niveau social. »

Si elle reste attractive pour les jeunes, il reste à développer les formations sur des métiers spécifiques qui peinent à recruter. « La période des attentats a fait prendre conscience combien notre sécurité dépendait des armées. »

Le 20 heures du 12 décembre 2017

Envoyer

19 : 09 Défense : Dans les ateliers de réparation.

Washington, Séoul et Tokyo entament des exercices militaires conjoints

Envoyer
http://www.europe1.fr/
le 11 décembre 2017

Washington, Séoul et Tokyo entament des exercices militaires conjoints

Les armées américaine, japonaise et sud-coréenne entament des exercices conjoints (image d'archive) @ MCS 3RD CLASS MATT BROWN / US NAVY / AFP

Les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon ont entamé des exercices militaires conjoints visant à "simuler la détection et la traque d'éventuels missiles balistiques nord-coréens"

Les forces américaines, sud-coréennes et japonaises ont entamé lundi des exercices conjoints visant à traquer les missiles nord-coréens alors que Pyongyang vient de tirer un engin balistique intercontinental d'une portée inédite, selon l'armée sud-coréenne.

Des exercices à destination de la Corée du Nord. Le régime nord-coréen a testé le 29 novembre un ICBM capable selon elle de transporter une "ogive lourde extra-large" n'importe où aux États-Unis, son dirigeant Kim Jong-Un déclarant que son pays était désormais un État nucléaire à part entière.

"Détecter" et "traquer d'éventuels missiles balistiques". Les manœuvres, les sixièmes du genre depuis juin 2016 et qui doivent durer deux jours, se tiennent au large de la péninsule coréenne et du Japon, selon le ministère sud-coréen de la Défense.

"Pendant l'exercice, des bâtiments de guerre Aegis de chaque pays vont simuler la détection et la traque d'éventuels missiles balistiques nord-coréens et partager les informations", a-t-il ajouté dans un communiqué. Deux navires américains prennent part à l'exercice, ainsi qu'un bâtiment sud-coréen et un Japonais.

Déjà un exercice américano-coréen la semaine dernière. Les deux pays asiatiques, dont les propres relations sont entachées par des différends historiques et territoriaux, sont liés aux États-Unis par des pactes de sécurité. La semaine dernière, les États-Unis et la Corée du Sud ont mené leur plus important exercice aérien conjoint à ce jour.

Des tensions de plus en plus vives. Les tensions sont graduellement montées ces deux dernières années dans la région en raison de l'accélération des programmes nucléaires et balistiques de la Corée du Nord, condamnés par la communauté internationale. Pyongyang a notamment réalisé en septembre un sixième essai nucléaire.

Sous la menace du Nord, les usines d'armes tournent à plein régime en Corée du Sud

Par ailleurs, la Corée du Sud fait tourner ses usines d'armes à plein régime, confortant son leadership parmi les producteurs émergents, selon un rapport de l'institut Sipri publié lundi.

Un arsenal de plus en plus important. L'industrie de l'armement sud-coréenne représentait 2,2% des ventes des cent plus gros producteurs mondiaux en 2016 avec un chiffre d'affaires de 8,4 milliards de dollars, en hausse de 20,6% par rapport à 2015, selon le Sipri (Institut international de recherche sur la paix), basé à Stockholm. Pendant des décennies, la Corée du Sud fut l'un des plus gros importateurs mondiaux d'équipements et de technologies militaires, en grande partie américains.

Devenir un grand exportateur d'armes. Mais depuis peu, l'industrie nationale se développe à grande vitesse et le budget de la défense de Séoul est proportionnellement l'un des plus élevés du monde en dehors des zones de conflit du Moyen-Orient et de l'Afrique, selon le Sipri. "Parallèlement, souligne Siemon Wezeman, la Corée du Sud cherche à atteindre son objectif de devenir un grand exportateur d'armes".

Sur le même sujet :

Le maire d'Auby pousse un coup de gueule pour remplacer le panneau délabré de Notre-Dame de Lorette

Envoyer
https://france3-regions.francetvinfo.fr/
Par Jeanne Blanquart  Publié le 05/12/2017

Le panneau est extrêmement abîmé... / © Mairie Auby

Le panneau est extrêmement abîmé... / © Mairie Auby

Le maire d'Auby a prévu de se rendre en Préfecture cet après-midi, pour dénoncer le manque d'entretien du panneau signalant la présence de Notre-Dame de Lorette, sur l'autoroute A26.

C'est pour lui inadmissible, "presque une insulte à la mémoire de nos soldats". Depuis plusieurs années, le maire d'Auby Freddy Kaczmarek demande à ce que soit remplacé le panneau d'autoroute indiquant la présence de Notre-Dame de Lorette, sur l'A23. Le panneau est en effet dans un état de délabrement avancé.

"Il y a deux ans, j'ai signalé au conseil d'administration de la Mission Bassin Minier que le panneau devait être changé. Rien n'a été fait", déplore le maire d'Auby. Un an plus tard, en décembre 2016, il décide carrément d'écrire au Préfet et reçoit une réponse. "Le Préfet s'est engagé à faire le nécessaire, il m'a assuré qu'il allait se rapprocher de la SANEF. Ca fait un an."
 

Vimy aussi

Freddy Kaczmarek n'abandonne pas sa lutte et a donc décidé de se rendre en Préfecture, cet après-midi, accompagné d'autres élus et d'anciens combattants. "J'ai été prendre une photo du panneau pour en faire une réplique. Le Préfet la mettra peut-être dans son bureau...", suggère le maire. Il précise également que le panneau signalant le mémorial de Vimy est dans le même état, alors que celui installé de l'autre côté de l'autoroute, signalant le Louvre-Lens, est lui tout neuf et brillant...

"Notre-Dame de Lorette, Vimy... Ce sont des symboles importants. Les laisser dans cet état, alors qu'ils sont censés valoriser notre patrimoine inscrit à l'UNESCO et qu'on vient de passer une grande période de commémorations, c'est inacceptable", poursuit le maire. "Des centaines de personnes du Commonwealth passent par cette autoroute, quelle image cela leur donne ?"

Moman Diop : frère d’arme massacré à Chasselay

Envoyer
http://www.afrik.com/
lundi 4 décembre 2017 / par Ali Attar

Le Tata sénégalais de Chasselay est là pour rappeler « la sublime épopée des Preux Chevaliers Noirs de l’Afrique Française qui au nombre de 200 attaquèrent courageusement plus de 25 000 ennemis uniquement pour sauvegarder l’Honneur ». Moman Diop fait partie de ces soldats africains massacrés par les Allemands lors de la campagne de France en mai-juin 1940, à Chasselay. Son histoire est racontée en vidéo par Thomas N’GIJOL.

Moman Diop fait partie de ces soldats africains massacrés par les Allemands lors de la campagne de France en mai-juin 1940, à Chasselay, dans le département du Rhône. Une nécropole a été érigée sur le site. Il s’agit d’un tata, enceinte de terre sacrée aux murailles de couleur ocre-rouge, similaire à ceux que l’on peut observer à Tombouctou. Au milieu d’immenses étendues de terres agricoles, l’espace de mémoire rassemble cent quatre-vingt-huit tombes de soldats venus d’Afrique, dont celle de Moman Diop ainsi que celles de quelques Européens.

Né au Sénégal, en 1918, Moman Diop s’engage en 1939 dans le 25e régiment de tirailleurs sénégalais (RTS), à la fois pour servir la France et ouvrir son horizon. Le 19 juin 1940, le 25e RTS dépêche deux bataillons pour freiner la division SS Totenkopf (Tête de mort) à Montluzin, au nord de Lyon. Il n’y aura pas de prisonnier. Soldats africains et européens sont massacrés. Le lendemain à Chasselay, les Allemands sont à nouveau arrêtés par une compagnie du 25e RTS qui tient quelques heures une ligne de résistance autour du château du Plantin. Moman Diop fait partie des effectifs qui se battent jusqu’au bout. La résistance est vaine. Ils sont faits prisonniers. Les Allemands de la Panzergrenadier division Groβdeutschland séparent les soldats blancs des Noirs. Ces derniers sont ensuite mitraillés par les blindés qui écrasent les corps. Peu après, horrifiés par ce massacre, les anciens combattants et le maire du village, Jean Marchiani, donnent une sépulture à ces martyrs.

Le tata de Chasselay a été construit et inauguré par l’État français (malgré l’occupation allemande) le 8 novembre 1942, le jour du débarquement des Alliés en Afrique du Nord. Il est de nouveau inauguré après-guerre au nom de la IVe République naissante et, enfin, classé nécropole nationale en 1966. Moman Diop et ses frères d’armes ont été victimes du nazisme qui en mai-juin 1940 a causé la morts de plusieurs millions de combattants lors de la campagne de France.

Un établissement réunionnais remporte le premier prix Louis Quinio

Envoyer
http://www.ipreunion.com/
Publié le Dimanche 26 Novembre 2017

Le premier Prix Louis Quinio a été décerné à l'association régional de l'Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale de l'océan Indien pour son engagement au service du trinôme académique de La Réunion, ce mercredi 22 novembre 2017 dans le Grand Salon du Musée de l'Armée à l'hôtel National des Invalides à Paris.

Lancé au début de cette année par l’union des associations d’auditeurs de l’Institut des hautes études de défense nationale à la mémoire de son ancien président, qui fut co-fondateur avec Pierre Garrigue, alors doyen de l’Inspection générale d’histoire-géographie, des trinômes académiques en 1987, le Prix Louis Quinio vise à distinguer, chaque année, une association régionale ou nationale d’auditeurs de l’IHEDN, opérant dans le cadre des trinômes académiques, sur l’enseignement de défense.

C’est ainsi que la remise de ce premier prix a eu lieu à l’occasion du 30ème anniversaire des trinômes qui a été célébré le 22 novembre dans le Grand Salon du Musée de l’Armée à l’hôtel National des Invalides, au cours d’une cérémonie qui a regroupé plus de 200 participants, dont de nombreuses personnalités civiles et militaires, et notamment :

- Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées
- Myriam Aachari, directrice du patrimoine, de la mémoire et des archives au ministère des armées
- Jean-Marc Huart, directeur général de l’enseignement secondaire
- Tristan Lecocq, inspecteur général de l’éducation nationale
- le général de corps d’armée Bernard de Courreges d’Ustou, directeur de l’IHEDN et de l’Enseignement militaire supérieur
- Mario Faure, président de l’Union-IHEDN
- Olivier de Lavenere Lussan, président de la Commission nationale des trinômes académiques de l’UNION- IHEDN
- contre-amiral (2S) Jean-François Morel, délégué général de l’Union-IHEDN

Présidé par Jean-Dominique Merchet, journaliste spécialisé dans les questions militaires, stratégiques et internationales, le jury a décerné ce prix à l’AR 27 en raison de son engagement au service du trinôme académique de La Réunion, qui s’est notamment traduit depuis 2016 par l’organisation de deux rallyes citoyens et l’ouverture de deux "Classes défense et sécurité globales" (CDSG), l’une au sein du collège de l’Oasis au Port en partenariat avec la marine nationale et l’autre au sein du collège Henri Matisse à Saint-Pierre en partenariat avec la gendarmerie nationale. Les élèves et enseignants de ce second collège, dont le principal est Yoland Soupramanien, avaient d’ailleurs, à l’occasion de ce concours national, adressé aux membres du jury un dossier présentant les actions conduites dans ce cadre, ainsi qu’un film " Raconte-moi ta Défense ", et dont la grande qualité a ainsi été reconnue par le jury.

Ce prix a été remis par la nièce de l’ancien président de l’Union, le Dr Christiane Quinio, à
Bernard Hay, délégué pour le trinôme du président de l’AR 27, l’administrateur en chef de 1ère classe des affaires maritimes Bernard Salva, et qu’il représentait lors de cette cérémonie. Rappelons que les trinômes académiques ont pour mission de développer des actions de formation de la communauté éducative à l’enseignement de défense, qui est obligatoire lors de la scolarité et qui est intégré au socle commun de connaissances, de compétences et de culture que chaque élève doit acquérir. Cet enseignement recouvre la connaissance de la défense et de la sécurité nationale à travers son histoire, ses enjeux, son patrimoine.

Il constitue la première étape du parcours de citoyenneté créé par la loi du 28 octobre 1997.
Cette haute distinction vient ainsi récompenser les efforts déployés depuis plusieurs années par le trinôme académique de La Réunion au service de la jeunesse réunionnaise, de la promotion de l’esprit de défense et des valeurs de la République, ainsi qu’au renforcement du lien Armées-Nation.

Page 1 sur 18

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1008
mod_vvisit_counterHier2225
mod_vvisit_counterCette semaine15349
mod_vvisit_counterSemaine dernière17503
mod_vvisit_counterCe mois53407
mod_vvisit_counterMois dernier91270
mod_vvisit_counterDepuis le 30/04/161260323

Qui est en ligne ?

Nous avons 225 invités en ligne

Statistiques

Membres : 2
Contenu : 7985
Liens internet : 6
Affiche le nombre de clics des articles : 711629
Vous êtes ici : ACTUALITES XXI 2017
Secured by Siteground Web Hosting